Société de gestion d’actif financier souvent collectif. Les personnes physiques ou morales (autres sociétés) ayant fourni l’argent du fonds sont appelées les souscripteurs du fonds.

Le fonds a pour objectif d’investir dans le capital d’entreprises,

  • soit en tout début de création de l’entreprise, on parle de fonds en capital-risque (Venture Capital) ;
  • soit plus tard dans la vie de l’entreprise pour accélérer son développement, on parle de fonds en capital-développement
  • soit pour accompagner la vente-achat de l’entreprise installée dans son marché, on parle de capital-transmission.

Chaque fonds est, en général, actif sur un seul segment (risque, développement…) et est aussi souvent spécialisé dans un ou plusieurs secteurs d’activités (numérique, santé, social, développement durable…).

Une société de gestion de plusieurs fonds chacun spécialisé dans un domaine est aussi appelé Fonds d’investissement. Exemple Sofimac Investment Manager gère Sofimac innovation en capital-risque, Sofimac régions en capital développement et transmission. Sofimac Regions gère plus de 20 fonds avec chacun des scopes bien précis.

La multiplicité des fonds créés dans le fonds initial permet de diversifier les risques d’investissement du fonds initial et donc de réduire les risques pour les souscripteurs. Dans cette démarche, chaque fonds spécialisé créé a une durée de vie limitée qui permet aux souscripteurs de récupérer leur mise de départ plus les intérêts attendus au terme du fonds spécialisé.

Dans tous les cas, l’argent est géré par une équipe de gestion, salariés du fonds, intéressés aux résultats qui reçoivent les dossiers de sociétés qui cherchent des investisseurs, en évaluent le potentiel, les risques, choisissent de soumettre ou non le dossier à l’assemblée-représentative de leurs souscripteurs puis sur accord de cette dernière, assurent l’administration avant, pendant et après le closing (valorisation en prémoney, rédaction du pacte d’associés, due diligence, suivi des indicateurs…).

Un fonds de capital-risque fonctionne selon un modèle économique assez standardisé que l’on peut simplifier ainsi :

Si le souscripteur fournit 100 au fonds, 15 servent à la gestion, 85 sont investis dans plusieurs startups. Certaines vont se développer et valoriser l’investissement à 450 voire 1 000. D’autres échoueront et l’investissement de 85 vaudra 0. A terme, les 85 investis rapporteront en moyenne 250 aux souscripteurs lors de la fermeture du fonds au bout de 5 à 7 ans comme prévu dans les statuts.

Sachant que moins de 5% des startups qui entament un processus de levée de fonds lèvent effectivement la somme espérée ou une équivalente (*). Sachant également que moins de 20% de ces startups remplissent leurs objectifs qui sont autant de promesses faites aux investisseurs.

Afin d’identifier le bon fonds pour son projet et afin de bien présenter le projet pour gagner l’écoute puis la confiance de l’équipe de gestion, il est judicieux d’être bien renseigné et de travailler à sa présentation : Il faut soigner les gens riches et importants !!

Questions à se poser :

  • Quelle est la thèse d’investissement du fonds que je me prépare à rencontrer ?
  • Quels investissements a-t-il déjà réalisés dans mon secteur ?
  • Suis-je prêt à suivre les règles du jeu d’un fonds d’investissement, notamment la revente à 5-7 ans ?

(*) https://start.lesechos.fr/innovations-startups/tech-futur/startup-5-idees-recues-sur-la-levee-de-fonds-1178639

Laisser un commentaire