Un Family Office est une structure qui gère le patrimoine d’une ou de plusieurs familles / clients fortunés (patrimoine souvent supérieur à 15 millions d’euros). Dans le premier cas, nous parlons de « Single Family Office » et dans le second de « Multiple Family Office ». Détenus par la ou les familles elle(s)-même(s), ce sont souvent des personnes extérieures (spécialistes et experts) qui gèrent cette structure.

Si, initialement, les Family Office concernaient majoritairement des clients fortunés industriels, de plus en plus d’entrepreneurs ayant connu un franc succès et revendu leur startup pour un très beau montant font appel à ce type de structures pour gérer leur patrimoine.

Le Private Equity se classe comme l’investissement préféré des Family Offices  mais il faut souligner une appétence variable pour les startups :

  • Certains n’y vont jamais, préférant placer l’argent dans des projets moins incertains, plus établis
  • D’autres réservent de façon indirecte une part de leurs investissements sur cette catégorie, en souscrivant à des fonds de capital risques, dont ils constituent une source majeure de financement
  • D’autres encore choisissent d’investir en direct dans des startups, avec (ou non) une implication au board

Dans tous les cas, la discrétion est de mise : « vivons heureux, vivons cachés » semblent-ils dire, et il est généralement très difficile d’identifier et contacter ces interlocuteurs à valeurs ajoutées multiples.

Pour l’entrepreneur, c’est une opportunité de bénéficier d’un réseau qualifié, notamment dans le cas de deals directs où les investisseurs privilégient les startups évoluant dans un secteur qu’ils connaissent bien de par leur expérience passée. Mais c’est aussi la possibilité d’accéder à des fonds plus importants dans le cas d’un deuxième tour de table : les Family Office disposant souvent de moyens plus importants que ceux des Business Angels classiques. 

La place de ces structures dans le financement des startups françaises s’accélère depuis une quinzaine d’années, notamment par l’arrivée des « entrepreneurs à succès » comme clients. C’est donc une piste à considérer, même si elle est difficile à localiser, pour les startups à la recherche de fonds et d’accompagnement. 

Questions à se poser :

  • Ai-je intégré et anticipé le délai « d’évaluation du dossier » ?
  • Ai-je identifié les différents Family Office pouvant être intéressés par mon dossier (stade d’avancement, secteur d’activité …) ? Quels sont leurs habitudes d’investissement (quelles startups, quelle participation, quel apport ?)
  • Ou bien ai-je identifié les bons intermédiaires susceptibles de me connecter aux Family Offices ? 
  • Ai-je bien identifié les différents apports que j’attends de mes investisseurs (financier, réseau, partage d’expériences et / ou de compétences …) ?

1 http://www.pemagazine.fr/NDg1NA/le-family-office-un-metier-en-pleine-mutation
2 Nous parlons de « Deals directs » lorsque c’est le Family Office qui investit directement dans la startup.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.