Le constat existe depuis longtemps : les Français s’avèrent plutôt frileux dès lors qu’il s’agit d’investir dans les startups.

Il n’est qu’à voir les montants mobilisés par les associations de Business Angels réunies sous le drapeau de France Angels, qui, malgré un travail de terrain courageux plafonnent à 50-70M€/ an depuis 15 ans tandis que les fonds d’investissement multipliaient dans le même temps leur activité par x10 à x 20 ces dernières années.

D’où l’idée astucieuse, annoncée à Vivatech 2019, de flécher l’épargne des particuliers vers les fonds dont c’est le métier de financer les startups innovantes, à travers un label récompensant les investisseurs pro- startups ! Les pouvoirs publics misent ainsi sur le pouvoir des fonds à transporter, transformer, bonifier l’épargne des citoyens 😊

Mais quels sont les bénéfices attendus ? Quels sont les acteurs concernés ? Les montants engagés ? Et puis surtout que doit-on attendre de son renouvellement ? Rainmakers & Partners met aujourd’hui la lumière sur le label lancé en 2019 et renouvelé en juin dernier par le président Emmanuel Macron dans le cadre du forum Vivatech.

 

Tibi 1, Une première percée au bénéfice du private equity

Tibi 1 avait pour vocation de stimuler le financement de la quatrième révolution industrielle en accompagnant la transition écologique. L’objectif sous-jacent étant de rattraper le retard de l’Europe sur les Etats-Unis et la Chine dans ce domaine-là.

…Car en ce qui concerne les jeunes sociétés, les levées de fonds des startups européennes n’ont représenté que 10% du financement mondial en 2018. Parmi les 372 licornes décomptées dans le monde à mi-juillet 2019, 182 sont américaines, 94 chinoises et seulement 45 sont européennes.[i]

Dans cette optique, la première phase de l’initiative Tibi, lancée en 2019, a mobilisé 23 investisseurs institutionnels français partenaires tels que ARKEA, BPI France, AXA et bien d’autres pour un total de 6 milliards d’euros investis sur la période 2020-2022. Pour ce faire, ces investissements sont passés par différents véhicules : fonds labellisés en capital-investissement dans le non coté et fonds d’actions cotées. Si l’on prend en compte les effets de levier( un truc classique de politicien, et là ce sont les chiffres de Bercy) , ce ne sont pas moins de 30 milliards d’euros qui ont été injectés dans l’économie réelle.

Il faut d’ailleurs souligner que l’Europe est la seule région au monde où la croissance à long terme n’a pas stagné en prenant pour référence l’année 2020.

« Le bilan de la phase 1 de l’initiative Tibi est très positif. La France est désormais le premier écosystème pour le financement des nouvelles technologies au sein de l’Union européenne » concluait la Direction générale du Trésor.

Le renouvellement de l’opération au travers du label Tibi 2

Afin de poursuivre la promotion de l’investissement en deeptech et greentech, l’AMF a donc lancé l’opération label Tibi 2. Un plan à 7 milliards d’euros de fonds privés afin de financer la décarbonisation ainsi que les projets de haute technologie, comportant cette fois un volet early stage. 28 investisseurs institutionnels ont finalement répondu présent pour cette deuxième phase, légèrement plus que lors de la première phase.

Dans un contexte de transformation écologique, numérique et industrielle nécessitant des financements massifs, le cadre d’action de l’Initiative Tibi privilégie trois leviers :

  • Le financement des startups, qui sont nombreuses et donc les besoins en financement augmentent au fur et à mesure de leur croissance,
  • L’émergence de grands fonds capables de concurrencer les plus grands fonds d’investissement étrangers pour renforcer l’ancrage de nos startups en France,
  • Le financement des innovations de rupture des entreprises françaises face à une concurrence internationale croissante.

Du côté des fonds ayant obtenus la labellisation, on retrouve aujourd’hui 68 véhicules d’investissements label Tibi 1 ou 2 qui se distinguent donc des autres véhicules du fait de leur engagement envers l’innovation et la croissance des startup technologiques. Sur le volet de l’investissement non-coté on va retrouver des véhicules notamment chez des sociétés de gestion comme Ardian, Auriga, CAthay, Breega, Eurazeo, Partech, Quadrille, Sofinnova, Starquest, Supernova, .etc …

Liste complète sur le site du gouvernement

Ce renouvellement et l’extension du label au early stage annoncent de nouvelles et belles levées de fonds en perspective, en tout cas nous l’espérons  !


[i] Rapport Tibi sur la 4ème révolution industrielle