Dans notre article précédent, nous expliquions pourquoi et comment intégrer des critères ESG dans sa startup. Les intérêts sont multiples et nous espérons vous avoir convaincu ! 

Mais si tel est le cas, vous vous demandez sans doute quels critères ESG mettre en place et quels indicateurs y associer ? La réponse n’est pas simple et dépend bien entendu de votre business. 

Si vous êtes une startup répondant clairement à un enjeu environnemental ou sociétal, vous pourrez suivre des métriques telles que : le nombre de bénéficiaires de votre solution, le nombre de personnes sensibilisées ou encore le nombre de perte évitée.

Dans le cas où votre startup ne s’inscrit pas dans une problématique environnementale ou sociale, pas de panique : bien au contraire ! Les critères ESG peuvent être mis en place pour tous les secteurs. Ils sont par ailleurs de plus en plus regardés par les investisseurs au moment de la levée de fonds et du suivi de leurs participations.   

Notre conseil ? Si vous démarrez dans cette démarche ESG, commencez par choisir 3 critères à mettre en place (1 par domaine par exemple). Définissez un indicateur de suivi précis à mesurer sans oublier de vous fixer un objectif d’amélioration à chaque fin d’année et un plan d’action vous permettant d’atteindre ce dernier. 

Voici donc quelques critères ESG régulièrement mobilisés que vous pouvez mettre en place dans votre startup, assez facilement, et suivre tout au long de la vie de votre entreprise. 

Les critères Environnementaux et leurs indicateurs

1. Le bilan carbone 

Tout le monde en parle mais il est parfois difficile de comprendre de quoi il s’agit. Ce dernier a pour objectif de mesurer les émissions de gaz à effet de serre (dont le principal et le plus connu : le C02). Le bilan carbone se calcule sur la durée de vie totale du produit afin de prendre en compte les émissions directes mais aussi indirecte. 

Il faudra donc évaluer non seulement l’impact de la production et du transport de vos produits mais aussi les énergies consommées pour votre activité (locaux et serveurs par exemple), l’impact carbone de votre produit au cours de son utilisation (ex : pour une machine à laver : la consommation sur toute sa durée de vie une fois vendue) ou encore le transport intermédiaire entre vos différents fabricants si votre entreprise se concentre sur l’assemblage … 

Pour réaliser ce calcul, plusieurs options s’offrent à vous : le réaliser en interne ou faire appel à un prestataire. Depuis quelques années, le nombre de plateformes et de sociétés de conseils proposant ces services ne cessent d’augmenter. La startup « Hello Carbo » propose par exemple une application permettant aux PME et startups d’évaluer et de suivre au quotidien son bilan carbone. 

2. La gestion des déchets

Un autre critère environnemental, pertinent à mettre en place si votre startup propose une solution-produit concerne la gestion des déchets. 

Voici trois indicateurs pouvant être intégrés et surveillés pour ce critère : 

  • Masse des déchets d’exploitations recyclés
  • Masse des déchets d’exploitation valorisés énergétiquement 
  • Quantité totale de déchets

On distinguera le recyclage des déchets (traitement des déchets qui permet de réutiliser leurs matériaux dans la fabrication de nouveaux produits : carton, plastique …) de la valorisation énergétique des déchets qui utilise notamment la combustion des déchets non recyclables pour créer de l’énergie (énergie renouvelable).

4. L’utilisation durable des ressources

Enfin, nous pouvons citer un dernier critère environnemental : l’utilisation durable des ressources. Il s’agit tout simplement de surveiller sa consommation en eau ou en électricité que ce soit sur la phase de production, de stockage ou dans vos locaux, notamment si vous êtes une entreprise numérique.  C’est un des critères les plus faciles à mettre en place puisque l’information vous est accessible directement sur vos compteurs ou sur vos comptes rendus de consommations.  Pour améliorer ces indicateurs, de nombreuses astuces peuvent vous être proposées par votre fournisseur d’énergie. 

5. Privilégier les fournisseurs locaux

Enfin et vous l’aurez compris, la gouvernance, au sens large, ne concerne pas uniquement les actionnaires mais toutes les parties prenantes gravitant autour de l’entreprise et qui participent à orienter les décisions (Conseil d’administration, Clients, Fournisseurs, Pouvoirs publics …). Ainsi, concernant les fournisseurs, vous pourrez aussi suivre le % de dépenses confiées à des entreprises locales ou encore le % de vos fournisseurs implantés dans la région. Ces indicateurs sont à la fois des indicateurs de gouvernance puisqu’ils montrent une proximité avec vos parties prenantes et donc un dialogue plus facile mais aussi sociétal avec l’envie de s’impliquer au niveau local et enfin environnemental en reflétant le souhait de l’entreprise de privilégier les circuits courts et diminuer le transport.  Ainsi, selon l’objectif défini derrière ces indicateurs, leur nature peut être différente. 

Les critères Sociaux et leurs indicateurs

1. Parties prenantes : Impliquer les salariés 

On peut distinguer deux manières d’impliquer ses salariés (bien qu’il en existe une multitude ! ) La première est la qualité de vie au travail. En tant que startup, plusieurs critères qualitatifs peuvent être mis en avant. Vous pourrez par exemple valoriser un management participatif, un cadre de travail particulier (dans la façon dont sont organisés vos locaux : une salle de repos par exemple) ou encore une intégration des nouveaux salariés par team bulding. Un autre axe est l’implication des salariés dans l’entreprise en elle-même. Pour ce faire, deux indicateurs sont souvent étudiés : la part de vos salariés présents au capital et le nombre de vos collaborateurs présents dans la gouvernance (board / comité stratégique).  

2. L’accès à la formation

Par définition, startup rime avec « croissance » et par conséquent avec « embauche ». Si vous vous apprêtez à lever des fonds, vous avez surement déjà embauché vos premiers collaborateurs ou du moins vous vous préparer à le faire. L’accès à la formation est un critère qui peut être doublement valorisé : d’une part, il s’intègre dans les critères ESG que vos investisseurs pourront mettre en avant, d’autre part cela démontre votre envie de rendre votre équipe toujours plus performante. Il peut s’exprimer soit par le nombre totale d’heures de formation suivi par vos collaborateurs, soit par le nombre d’heures effectuées par collaborateur.

3. L’insertion professionnelle

Ce critère est assez large et les indicateurs à suivre dépendront de l’objectif fixé. En effet, si vous choisissez de mettre en avant l’insertion professionnelle des jeunes, la répartition de vos effectifs par tranche d’âge est un bon indicateur. Si vous optez pour un indicateur reflétant la stabilité de l’emploi, vous pourrez suivre la répartition de vos effectifs CDD vs CDI. Enfin, si vous souhaitez réunir deux critères dans un seul indicateur, vous pourrez suivre la répartition Homme / Femme de vos effectifs en jouant sur un objectif d’égalité des genres dans l’accès à l’emploi. 

4. L’égalité Homme / Femme

Ici encore les indicateurs sont nombreux. Il s’agit ici de mesurer les différences hommes / femmes sur différents aspects : insertion professionnelle (comme évoqué plus tôt), accès à la formation, comparatif du salaire moyen homme / femme, % de femmes et d’hommes dans les postes à responsabilités. Dans ce dernier cas, il est pertinent de s’intéresser également au % de femmes et d’hommes sur les postes à faible responsabilité ou sur l’effectif total pour avoir un point de repère. En effet, certains secteurs sont plus masculinisés ou féminisés ce qui peut expliquer un écart plus important quel que soit le niveau de poste (ex : la cosmétique ou la construction).

Les critères de Gouvernance et leurs indicateurs

La gouvernance définie les règles de fonctionnement, de direction et de contrôle d’une entreprise (notamment sur le pouvoir de décision). Elle pourrait être présentée comme « le management du management » et intègre différentes parties prenantes comme les actionnaires, les membres de conseil de surveillance mais aussi les fournisseurs ou encore les employés. 

1. Indépendance du conseil d’administration

C’est un critère davantage étudié chez les grandes entreprises : le niveau d’autonomie du dirigeant, le partage des « pouvoirs », les liens existants entre le conseil d’administration et le dirigeant de l’entreprise sont presque toujours regardés. Bien sûr, vous ne dirigez pas encore une multinationale mais vous avez surement quelques cartes à mettre en avant sur les aspects de gouvernance (et si ce n’est pas le cas : à mettre en place ☺ ). Ainsi une startup pourra valoriser l’existence d’un comité stratégique ou de surveillance qui fait appel à des personnes extérieures à l’entreprise : considérer des points de vue différents, faire appel à des personnes qui n’ont aucun lien privilégié avec le dirigeant rassure sur le fait que ce dernier travaille pour les intérêts de l’entreprise et non l’inverse. 

2. Une gouvernance formalisée

Formaliser les organismes de gouvernance est un critère intéressant, surtout pour une startup. Ici encore on peut retrouver l’existence d’un comité stratégique ou de surveillance. La première étape pour formaliser sa gouvernance est d’identifier toutes les parties prenantes qui vont être impliquée (actionnaire, comité, fournisseurs, clients, salariés …) puis de définir les relations existantes entre l’entreprise et ces partie-prenantes ainsi que leur influence sur la prise de décision stratégique. Il ne s’agit pas ici de prendre en compte uniquement les personne ayant un droit de vote mais toutes celles qui vont influencer les prises de décisions d’une manière ou d’une autre. 

3. Charte éthique 

Établir une charte éthique est un bon moyen de gérer les relations avec ses parties prenantes, que ce soit ses fournisseurs ou encore ses salariés. Cela permet à l’entreprise de s’assurer que toutes les entités qui la représente ou qui y sont liées soient alignés avec ses valeurs et son envie d’améliorer son impact social comme environnemental.  

Nous conclurons donc en disant que ce qui compte, au final, ce n’est pas de mettre en place une tonne d’indicateurs dans le seul but de valoriser une démarche ESG mais de se fixer quelques objectifs pour ensuite intégrer à votre startup les bons critères : c’est-à-dire ceux que vous pourrez opérationnellement suivre et qui font sens au vue de votre secteur d’activité, de vos valeurs et des objectifs que vous définirez comme prioritaires.

  1. https://www.hellocarbo.com/
  2.  Souvent découpé en 3 catégories : < 30 ans / Entre 30 et 50 ans / > 50 ans

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.