L’entrepreneuriat peut prendre une multitude de formes. La création d’entreprise est la plus connue. Malgré tout, le taux de survie passé 2 ans est faible : moins de 50%.  Alors pourquoi ? 

Evidemment, une multitude de facteurs peuvent expliquer ce phénomène : Mauvais time to market, levée de fonds qui échoue, conflit d’équipe, mauvaise stratégie… !

Pas de besoin, pas de client

Néanmoins, le plus important reste l’inadéquation entre le produit et le marché. Dans ce cas, il n’y a pas de Product Market Fit (PMF).  En effet, bien que les projets développés soient (forcément) fantastiques, révolutionnaires et/ou uniques, nombre d’entre eux ne répondent à aucun besoin du marché (ou pas correctement). Pourtant c’est bien la condition d’existence d’une entreprise et qui plus est d’une startup ! Nous connaissons la réplique « pas de bras, pas de chocolat » et bien pour les start-ups c’est la même chose. S’il n’y a pas de besoin, il n’y a pas de clients (et donc pas de jeunes pousses…).

Identifier les besoins : la méthode DUREX

Alors avant de développer un projet, il est indispensable d’avoir identifié le problème auquel l’équipe entrepreneuriale souhaite répondre ! Cela offre également la possibilité d’économiser du temps et donc de l’argent (mieux vaut itérer et pivoter plutôt que de foncer droit dans le mur) !

Qui aimerait passer un temps fou et dépenser une fortune pour développer une offre dont personne ne veut ? Afin de s’assurer que les clients sont bel et bien face à un manque, Rainmakers leveur de fonds a conceptualisé cette idée sous l’acronyme : DUREX : 

Ainsi, un client, un startuper peut considérer qu’il y a un besoin s’il est :

  •   Douloureux : 

Si le problème que rencontre la personne n’est pas douloureux, celle-ci ne cherchera pas nécessairement à le résoudre. 

  •   Urgent :

Le problème identifié doit absolument être résolu au plus vite afin de soulager l’individu !  

  •   Reconnu :

Les personnes concernées doivent réaliser qu’elles sont confrontées à ce problème. Elles en ont conscience. 

  •   Enorme : 

Si le problème n’est pas reconnu de « tous » alors celui-ci est marginal. Il doit toucher une cible large afin que sa solution s’adresse à un grand marché. 

  • eXpérience : 

Il s’agit là, de montrer que les clients sont déjà face à ce problème et qu’ils tentent tant bien que mal de le solutionner avec les moyens dont ils disposent (ils ont une première expérience de solution).

Si tous ces éléments sont présents c’est bien un problème DUREX.  Or comme tout problème doit trouver une solution, Rainmakers leveur de fonds a là aussi conceptualisé la chose. Mais ça, ça sera dans un prochain article ! 😊 

Leveurs de fonds en Rhône-Alpes, les consultants Rainmakers accompagnent les Start-Up avant, pendant et après leurs levées de fonds. Nous intervenons sur Lyon, Grenoble, St Etienne, Valence, Annecy, et Chambéry, depuis la love money jusqu’à la série A en passant par l’amorçage et l’accompagnement des boards. 

Raphaël CHAMPAGNE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.