Les médias font de plus en plus l’éloge des startups qui réalisent des levées de fonds toujours plus importantes les unes des autres. En un seul jour de Septembre, 2 startups ont levée ensemble plus de 1 Milliard d’€ !!

Pas étonnant donc de voir tant d’entrepreneurs, en quête de succès, espérer réaliser de folles levées de fonds et devenir ainsi les dirigeants de la prochaine licorne française !

Pourtant, à y regarder de plus près, la levée de fonds n’est pas toujours la solution de financement la plus adaptée. Certes une levée de fonds est un moyen pour la startup de se développer plus rapidement et d’accéder à de nouveaux marchés, mais cela a bien évidement des conséquences. Et oui ! C’est aussi synonyme de vendre une partie de sa start up : l’investisseur apporte des fonds en échange de parts de l’entreprise. Son but est de faire une plus-value dans les 5-7ans à venir en revendant ses parts. Bref, l’entrepreneur n’est donc plus seul à bord du navire et doit rendre des comptes aux actionnaires. Désormais, entrepreneurs et actionnaires prennent des décisions communes et naviguent ensemble. 

Sans oublier que la levée de fonds est un processus complexe, chronophage et que ça coûte de l’argent ! 

Mais réaliser une augmentation de capital apporte aussi des bénéfices aux créateurs. Elle renforce les fonds propres de la startup et permet d’accélérer la croissance. C’est également un moyen utile pour faire un effet levier avec de la dette bancaire (le fameux ratio 1/1 : 1 euro de fonds propres pour 1euro de dette). Il ne faut cependant pas oublier qu’une fois les fonds obtenus, tout reste à faire pour développer et pérenniser la jeune pousse. 

D’autres solutions existent pour financer la croissance des startups :

  1. Le Bootstrapping

Ça consiste justement à développer sa start-up à partir de fonds propres et de l’argent gagné par celle-ci. L’entrepreneur ne fait donc pas appel à du financement externe. Il s’auto finance. 

Financer sa croissance par bootstrapping nécessite cependant quelques pré-requis :

  • Il faut que le business model fonctionne et que la startup commence à être rentable
  • Être prêt à faire des économies dès que possible et autant que possible !
  • En option : Générer un BFR négatif : c’est le Must have du boostrapping ! 
  • (Être patient)

Cette alternative à la levée de fonds évite à l’entrepreneur de diluer son capital. Il dispose donc : 

  • D’une liberté de décision 
  • D’une meilleure compréhension de l’entreprise car il connait très bien les détails de la construction de son chiffre d’affaires, quels sont les impacts de telle ou telle dépense…
  • D’une indépendance financière : il ne dépendant pas d’investisseurs ! 

Ce moyen de financement peut tout à fait convenir aux créateurs qui souhaitent profondément garder le contrôle intégral de leur projet et permettre une croissance reposant sur des acquis solides. Pour que cela fonctionne, l’entrepreneur devra (tout comme dans le cas d’un financement externe) :

  • Se concentrer sur le développement des produits
  • L’exécution des tâches
  • Se réinventer et réinventer son entreprise
  • Avoir des métriques saines (traction, faible churn, MRR croissant…) 
  1.  La subvention

L’état français et même l’Europe (de manière générale) se montrent de plus en plus généreux pour aider les entrepreneurs dans leur création d’entreprise. (Voici quelques subventions : AFI, ADI, PRI….) 

Les créateurs peuvent donc sans hésiter faire appel à ces dispositifs pour favoriser le développement de leur startup. Ces financements publics proposés par la BPI (bourse FrenchTech…), l’Union européenne ou encore la région sont plus facilement accessible que les fonds privés, à conditions que la jeune pousse coche certains critères nécessaires à l’obtention des subventions (CA, effectif, âge de la startup, secteur d’activité…).

La contrepartie est le fait que pour obtenir ces aides il faut faire un dossier administratif qui, comme la levée de fonds est parfois complexe, et chronophage. L’argent peut donc mettre du temps à arriver. Mais ça en vaut la peine car tout pécule est bon à prendre ! 😊 

Ce qu’il faut savoir

Ces différents types de financement sont évidemment complémentaires et permettent à l’entrepreneur de diversifier l’origine des fonds. Il peut donc obtenir plus d’argent pour développer son entreprise en activant les effets leviers. C’est tout de même ce qui compte non ? 😊 

Financer sa startup et son développement sans avoir recours à une levée de fonds est donc tout à fait possible. L’entrepreneur peut choisir de combiner les financements ou pas. Quoiqu’il en soit, être accompagné dans sa stratégie de croissance reste conseillé que ce soit pour réaliser une levée de fonds, une subvention, ou du crowdfunding par exemple. 

C’est à l’entrepreneur de choisir le mode de financement qui correspond d’une part à ses valeurs et d’autre part à son ambition. 

Leveurs de fonds en Rhône-Alpes, les consultants Rainmakers accompagnent les Start-Up avant, pendant et après leurs levées de fonds. Nous intervenons sur Lyon, Grenoble, St Etienne, Valence, Annecy, et Chambéry, depuis la love money jusqu’à la série A en passant par l’amorçage et l’accompagnement des boards. 

Raphaël CHAMPAGNE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La boîte à outils de la levée de fonds

Rainmakers présente un livre indispensable pour tout comprendre et/ou réussir une levée de fonds pour votre startup.

Articles récents

Et vous ?

Êtes-vous prêt à lever des fonds ?