Pourquoi les start-up échouent-elles : tout ce que vous devez savoir

Une startup qui réussit, c’est magnifique. Mais ce n’est pas le cas pour toutes les startups. En effet, selon les statistiques de l’INSEE, 25% des entreprises échouent dans les deux premières années et 49,5% dans les cinq premières années. Pour les startups, le taux d’échec est encore plus élevé : 80% d’échec même si pour le moment, aucune donnée statistique officielle ne le démontre.  

Voici une liste, non exhaustive, des raisons pour lesquelles une startup peut échouer, inspiré de l’article CBinsights. L’objectif de cet article est de vous sensibiliser à des raisons pouvant amener à l’échec qui sont parfois sous-estimées par les startups. 

Des problèmes de marché 

Marché absent ou trop limité 

Il arrive que la startup lance son produit mais que le marché n’en n’ait pas besoin. C’est la raison d’échec de 42% de startups, d’après une étude menée par la plateforme de market intelligence CB Insight. Ces startups ont certainement voulu proposer un produit parfait sur le marché, sans savoir si celui-ci était prêt à l’accepter. Aucun retour client n’a été fait en amont, pour tester le produit, et la startup n’a pas pu savoir si l’expérience client était satisfaisante.  Cela ne leur serait sans doute pas arrivé si elles avaient utilisé la méthode MVP

Il est donc recommandé de tester au plus vite son idée et/ou une version beta de son produit pour valider l’intérêt marché. Certains parlent de faire une étude de marché pour analyser le besoin de manière objective : en matière de produit innovant, on peut s’interroger sur la pertinence de ce conseil … !

Marché trop concurrentiel 

Lorsque l’on crée sa startup, on pense être les meilleurs et au-dessus de nos concurrents. Attention de ne pas les sous-estimer !  Il faut anticiper les besoins des consommateurs car la concurrence, elle, ne se repose pas sur ses lauriers ! Se créer un avantage concurrentiel est une bonne solution pour avoir une longueur d’avance sur ses concurrents. ON évoque ici les brevets, tours de mains, avantage first mover etc …

Ce fut le cas de la startup de livraison instantanée 1520, qui a fermé ses portes en décembre 2021. Bien qu’ayant réussi à lever 7,8 millions de dollars de financement de démarrage, la société a eu du mal à suivre le rythme de ses concurrents et a dû fermer faute de « magic sauce »

Mauvais timing

Il se peut que lorsque vous décidiez de lancer votre produit, ce ne soit pas le bon moment. Plusieurs facteurs entrent en compte, par exemple :  la variation de la demande selon les saisons, le comportement des concurrents à cette période, les attentes des clients qui peuvent changer etc. Le marché peut aussi ne pas être prêt à accepter une telle technologie ou un tel service. Il est recommandé de bien connaître son marché afin de pouvoir analyser ces changements et être en mesure de réagir à temps. Votre produit aurait donc pu rencontrer son marché et avoir de la demande, mais à cause du mauvais timing, cela n’a pas fonctionné.

La startup Calxeda, proposait des services innovants informatiques sur une technologie que personne n’utilisait encore…. Elle n’a pas survécu à son avance. 

Ne pas définir de Business Model 

Avoir un business model défectueux ou ne pas en avoir du tout peut engendrer la mort de la startup. On pourrait dire qu’avoir un business model c’est prévoir comment on deviendra rentable. C’est un outil indispensable lors d’une levée de fonds. Mais il y a débat : certaines startups ne veulent pas de BM par peur de se fermer des portes et de rater des opportunités. Alors, même si tout ne repose pas sur votre modèle économique, il peut être intéressant d’en prévoir un pour réfléchir dès le départ à votre rentabilité.

Rappelons ici la définition du startup gourou  Osterwalder : « comment on crée, délivre et capte de la valeur »

L’équipe

23% des startups justifient leur échec par des mauvais recrutements. Le choix de son équipe est primordial dans une startup. Au sein de l’équipe, il peut y avoir plusieurs problèmes qui causent l’échec d’une startup.

Par exemple, il y a un manque de diversité au niveau des profils. C’est problématique car si toute l’équipe dispose des mêmes compétences, cela n’est pas assez varié pour pouvoir couvrir l’ensemble des domaines de la startup. Il vaut mieux avoir des compétences techniques, au sein de son équipe, pour assurer la qualité du produit et sa productivité ; mais aussi des compétences commerciales pour la mise de son produit sur le marché ainsi que des compétences financières pour veiller à la santé économique de sa startup. 

Par ailleurs, au sein de l’équipe, il peut y avoir des désaccords. Certains désaccords sont si forts qu’ils amènent la startup à échouer. Il est donc important d’avoir une vision et une direction communes. S’il y a une mésentente sur la stratégie à adopter, l’idéal est d’en parler à une personne extérieure afin que celle-ci soit médiatrice du conflit. De plus, l’engagement de l’ensemble des membres de l’équipe doit être similaire, au risque sinon de créer des tensions. Pour cela, la communication est donc la clé pour entretenir de bonnes relations, s’entourer des bonnes personnes et ainsi éviter l’échec de la startup.

Exemple : La startup Protonn, une plateforme pour aider les professionnels indépendants à lancer des entreprises a fermé début 2022 car les fondateurs n’étaient pas en accord sur le pivot qui devait être opéré. 

Problème de ressources

Il se peut que la startup manque de ressources financières, de liquidités et c’est … dangereux ! Il est possible qu’elle ait dépensé son cash trop rapidement, qu’elle n’ait pas réussi à générer du profit par exemple. Il se peut aussi qu’elle ne réussisse pas son tour de table pour une levée de fonds. Et si cette dernière échoue, cela revient parfois à mettre la clé sous la porte pour la startup.

La startup Apervita, une startup d’analyse de la santé cloturée en octobre 2021, n’a pas réussi à lever assez de fonds pour maintenir les opérations. 

Cependant, si la levée de fonds se fait, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas, certains dirigeants ne gèrent pas correctement cette rentrée d’argent et recrutent dans tous les services, prennent des bureaux plus grands et arrivent donc à augmenter les coûts « inutiles » au lieu d’investir plus intelligemment. L’idéal est donc d’avoir une bonne maitrise de ses coûts pour faire les bons choix par la suite. 

Ce fut le cas de Save, startup qui était spécialisée dans la réparation de smartphones et autres objects électroniques. En 2015, cette startup a levé 15 millions d’euros, avec un total de 450 salariés. Seulement, en 2016, quelques mois après la levée de fonds, Save s’écroule. Le CEO, Damien Morin a indiqué un mauvais contrôle des achats, une gestion de stocks approximative et une mauvaise maitrise des coûts.

Retarder l’administratif

Certains points, comme le juridique, ne sont pas à négliger. Il y a une bonne partie des entrepreneurs qui retardent le travail administratif ou qui commettent des erreurs par manque de connaissances. Avoir des documents juridiques mis à jour, des contrats en bonne et due forme, une protection de la propriété intellectuelle mais aussi s’entourer de personnes compétentes sont des éléments à ne pas négliger.

Le marketing

Ne pas communiquer assez sur son produit ou prévoir un budget trop limité peut faire passer le produit de votre start-up inaperçu. L’environnement dans lequel les startups et entreprises en général évoluent est rempli de publicité et autre marketing en tout genre. Utiliser les meilleurs canaux, se servir des outils les plus efficaces est un exercice compliqué mais qui en vaut la chandelle. Définir une stratégie marketing qui tienne la route permet d’éviter les risques et de prévoir les blocages qui peuvent apparaître. De plus, cela permet d’éviter d’investir trop d’argent dans une mauvaise campagne marketing qui n’atteindrait pas sa cible.

La startup Overto a justifié son échec par le fait de n’avoir pas fait assez de marketing.

D’autre part, ignorer les avis de ses clients revient à ne pas faire de retour d’expérience une fois le produit commercialisé.  En effet, 14% des entreprises qui ne fonctionnent pas sont dues à un manque de considération des clients. Or, obtenir des retours clients permet non seulement de pouvoir améliorer son produit mais aussi de fidéliser sa clientèle. Et cela permettra au produit de continuer d’exister. 

Au final, on a le choix dans les raisons d’échouer, la liste est généreuse …Il est d’ailleurs bon de rappeler qu’une startup n’échoue pas à cause d’une seule et unique raison. Cela est la cause généralement d’une accumulation de facteurs.

L’environnement dans lequel elle évolue est incertain et la startup peut basculer à tout moment. Savoir s’entourer des bonnes personnes, réussir à assurer la gestion de sa startup et faire de son client sa priorité sont des éléments clés pour éviter de tomber dans l’échec.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.