Phases_de_financement_levée_de_fonds

Les différentes phases de financement d’une startup en levée de fonds

Introduction

Lever des fonds pour une startup peut être un processus intimidant. Cependant, pour assurer un voyage réussi, comprendre les différentes phases du financement d’une startup et les levées de fonds correspondantes est essentiel. Que vous soyez un entrepreneur qui se lance pour la première fois ou un investisseur chevronné, comprendre ces différentes étapes de financement, de l’amorçage jusqu’à une sortie réussie, est crucial.

Cet article donnera un aperçu des différentes cycles de financement d’une startup en levée de fonds. Il vous expliquera également comment naviguer à chaque étape en toute confiance.

phases-de_financement-levée_de_fonds
Les différentes phases de financement (plus de détail ici https://www.rainmakers.fi/2021/01/04/series-a-b-c)

Le love money, première phase de financement

La première phase de financement est le love money, pour les entreprises en démarrage. C’est souvent lorsque l’entreprise n’a encore rien commercialisé. La startup a des projets pleins la tête et a besoin de quelques sous pour se lancer. C’est comme planter un petit semis d’argent dans votre jardin d’entreprise.

Les investisseurs qui participent à cette phase sont généralement :

  • Les FFF (family, friends & fools),
  • D’anciens collègues
  • Des camarades de promotion.

Leur raison d’investissement porte sur l’entrepreneur lui-même ou son idée. Le réseau proche de l’entrepreneur intervient à la genèse du projet, durant une période où les ventes ou la technologie développée ne sont pas encore assez attractives pour les investisseurs plus « classiques » (Business Angels, Fonds d’investissement).

L’objectif de cette phase est de permettre à l’entreprise de passer à la suivante en finançant ses premiers développements : 

  • Une vérification de l’adéquation entre besoin et solution
  • Une réalisation d’un prototype,
  • Des preuves de concept (POC),

Les entrepreneurs ont un devoir d’éclairer leurs proches sur les opportunités mais aussi sur les risques engagés. Et même si la source de financement provient de la famille, ou justement pour cette raison, la documentation doit être soignée. En effet, les arguments doivent être compréhensibles et l’entrepreneur doit faire preuve d’une forte ambition. Comme dans toute levée de fonds, le discours doit donc être Crédible, Intelligible et Attractif. C.I.A.

Enfin, pour être transparent dès le départ sur la future relation entre associés, la rédaction d’un pacte d’actionnaire est recommandée.

L’amorçage, seconde phase de financement

La deuxième phase de financement est l’ amorçage. C’est comme une petite graine qui a germé et qui a commencé à pousser.

Cette phase correspond à une entreprise qui a déjà commercialisé son produit ou son service. Cependant, elle n’a pas encore atteint le stade de maturité. Elle en est à la phase de développement mais il y a bien une preuve de marché clairement prouvée .

Le Product Market Fit  est prouvé, avec de la traction commerciale ainsi qu’une véritable démonstration que le produit ou le service répond à un besoin marché, de façon répétée.

Cette phase de financement entre le love money et la série A est réputée être parfois la plus difficile à mener à bien. En effet, l’entreprise doit déjà avoir réalisé des ventes qui viennent confirmer l’adéquation et la validation produit-marché. Les fonds levés vont alors permettre une accélération pour la startup. Mais les obstacles sont nombreux et le taux d’échec reste très élevé.

Les investisseurs qui participent à cette phase sont généralement des business angels , des fonds d’amorçage et du crowdfunding. Les montants sont plus importants que ceux en love money, pouvant aller jusqu’à 1 million. De façon ponctuelle plus élevés.

AInsi, l’objectif de cette phase est de financer en particulier les dépenses liées à la commercialisation et à la production d’un bien ou d’un service qui n’est plus un POC.

La série A, troisième phase de financement

La troisième phase de financement est la série A. C’est comme une belle plante qui a poussé et qui a besoin de s’épanouir. Ici, l’entreprise a atteint une certaine maturité et cherche à accélérer la croissance. Les fonds levés sont généralement utilisés pour financer la un développement commercial plus rapide et pour élaborer plus son produit ou service.

Les entreprises qui réussissent à lever des fonds en série A ont généralement déjà une équipe solide, un produit/ service robuste et des clients nombreux et réguliers qui démontrent la pertinence du projet et la duplication du modèle. Elles restent tout de même fragiles car elles manquent de fonds pour financer un développement commercial plus rapide afin d’asseoir leur position sur le marché. La valorisation de l’entreprise lors d’une levée de fonds en série A est normalement plus élevée que lors de la levée de fonds en seed (amorçage). Sauf… si vous avez survalorisé votre 1 er tour et alors là,… ça risque de tanguer !

Les investisseurs de la série A sont généralement des venture capitalistes et des business angels expérimentés voire des Fonds Corporate ou des Family Offices peuvent intervenir. Ces derniers apportent non seulement des fonds, mais aussi leur expérience et leur réseau. Les montants levés sont également plus élevés et compris entre 1M et 10M d’euros.

Série B, C, D, quatrième phase de financement

Enfin, la quatrième phase de financement est celle des séries dites B, C,D et autres lettres de l’alphabet. Finalement, c’est comme continuer à cultiver son terrain, chercher même à l’agrandir, continuer à travailler pour pouvoir récolter les fruits de votre dur labeur. La startup a fait ses preuves, est en croissance stable, continue de se développer.

Elle cherche à lever des fonds pour améliorer sa situation financière ou pour financer des projets d’expansion, c’est le passage au modèle de croissance. C’est ce qu’on appelle la série B. Le modèle économique n’est plus à démontrer, la rentabilité est croissante.

Le financement, allant de 3 à 30 millions, de cette phase permet de :

  • déployer plus rapidement un modèle totalement prouvé
  • augmenter la productivité et les parts de marché
  • potentiellement se développer l’international

Plus la croissance augmente, plus on avance dans l’alphabet et dans les montants, allant de 10 à 100 millions d’euros.

La série C se manifeste par le passage à une organisation plus mature de l’entreprise, qui doit se structurer afin de se déployer plus largement via :

  • De nouveaux marchés
  • De nouvelles offres
  • Du Build Up…

Lors de ces tours de table, les entreprises font appel à des fonds de venture capital et de Private Equity, parfois aussi des Fonds Corporate.

Conclusion de ces phases de financement

En résumé, la levée de fonds c’est un peu comme jardiner, il faut planter, arroser, mettre de l’engrais afin d’avoir une récolte la meilleure possible.

Parmi toutes les phases de financement en levée de fonds, chacune correspondant à un stade de développement de l’entreprise et ayant des caractéristiques distinctes : le love money, l’amorçage, la série A, les séries B,C etc.

Chacune de ces phases ont des investisseurs et des objectifs spécifiques, et les entreprises doivent être conscientes de ces différences lorsqu’elles cherchent à lever des fonds.

Par ailleurs, notons que ces phases ne sont pas figées et qu’une entreprise peut passer d’une phase à l’autre en fonction de son évolution et de ses besoins en financement.

Leveurs de fonds en France , les consultants Rainmakers accompagnent les Start-Up avant, pendant et après leurs levées de fonds. Nous intervenons sur Lyon, Grenoble, Paris, Toulouse, Montpellier.

NB : Co écrit avec Chat GPT et la BAO de la levée de fonds

Manon JACOB